La pensée et l’action

Plus de 40 d’expérience professionnelle en aménagement des territoires (conception, réalisation, gestion) conduisent à réaffirmer l’intérêt d’une approche examinant successivement les trois composantes suivantes :

1 – la géographie : les « infrastructures naturelles » (ex : géomorphologie) conditionnent le plus souvent l’organisation des espaces par leurs caractères permanents (invariance à l’échelle humaine) ;
2 – l’histoire : ces espaces ont fait l’objet de modes d’occupation successifs ; les choix réalisés et leurs raisons appellent à une attention particulière aux grands rythmes de l’histoire (néolithique, empire romain, moyen-âge, renaissance/siècle des Lumières, XIX et XX ème siècles) et à ses ruptures (ex : institutions, guerres, changements technologiques) ;
3 – la « forme territoriale » en résultant (« l’esprit du lieu ») et les politiques d’aménagement qui s’y exercent: L’enjeu essentiel est que les acteurs concernés (Etat, collectivités, habitants, entreprises, ..) puissent répondre collectivement aux besoins court, moyen et long termes (ex : habitat, activités, transport) à partir de la forme urbaine, rurale ou littorale existante, avec ses atouts comme ses contraintes.


Depuis plus de 20 ans, l’aménagement a peu à peu intégré le concept de développement durable qui vise à garantir un équilibre acceptable entre société, économie et environnement ; des « grilles de lecture » sont apparues pour permettre l’indispensable dialogue des acteurs : comprendre, décider, agir, évaluer (cf Agenda 21).

En 2016, l’ONU a proposé un référentiel ODD (17 objectifs du développement durable) ; tous les pays sont considérés en développement durable (et non plus développés ou non développés), et invités à l’adapter à leurs propres caractéristiques (Agenda 2030). En 2018, en France, le Conseil national de l’information statistique en a proposé une version ; des déclinaisons aux différentes échelles de territoire sont en cours.

L’objectif de « neutralité carbone » à 2050 va être réaffirmé dans le SNBC qui sera actualisé en 2020

INATER intègre désormais ces référentiels dans ses missions de conseil et d’études.